2018 | Boris Diaw et Ronny Turiaf, deux coachs de légende pour le Rose Trip



Légendes du basket français et tout fraîchement retraités, Boris Diaw et Ronny Turiaf ont rejoint le bivouac de Merzouga ce samedi. Ils accompagneront les Roses Trekkeuses pour les deux derniers jours d'aventure. Les 282 participantes et notamment celles au départ de la boucle 2 ce matin, ont pris le départ en compagnie de ces pointures du monde du basket.

Ils sont arrivés à Merzouga tard dans la nuit de vendredi à samedi. Mais ce matin sur le bivouac, ils étaient bien là, frais, souriants, impatients d'accompagner les Roses Trekkeuses dans le désert. Boris Diaw et Ronny Turiaf sont deux légendes du basket français, qui culminent par ailleurs respectivement à 2,03 et 2,08m. Des géants ! Dans leur sport, ils ont conquis le Graal, le titre NBA qui récompense chaque année l'équipe vainqueur du championnat nord-américain. Boris, capitaine historique de l'équipe de France, affiche 247 sélections avec les Bleus quand Ronny en totalise 101. Tous les deux sont venus soutenir les Roses Trekkeuses dans leur aventure. Et dès ce matin, ils ont pris leur rôle de coach très à c?ur, installant dès les premières minutes un enthousiasme contagieux lors de la séance d'échauffements musculaires.

 

« Être là avec vous qui défendez de belles causes nous fait chaud au c?ur »

« On trouve l'initiative de ce trek géniale, a ainsi souligné Boris. Le cadre est magnifique. On est là pour apporter notre support, de la bonne humeur. On sait que c'est le dernier jour de compétition, il va falloir pousser, c'est le meilleur moment ! » « Être là avec vous qui défendez de belles causes nous fait chaud au c?ur », prolongeait Ronny. Après s'être étirés en compagnie des participantes, les deux sportifs se sont alignés au départ. Boris a tâté la boussole, en connaisseur. Ronny a lancé quelques phrases d'encouragements. Puis il se sont élancés en compagnie de quelques équipes, d'un pas tranquille, sans se presser. Ils avaient prévenu : « On vient de prendre notre retraite de sportifs, on va y aller mollo ! »